Un autre État allemand ne remplace pas les logiciels Microsoft
Agence web » Actualités du digital » Un autre État allemand ne remplace pas les logiciels Microsoft

Un autre État allemand ne remplace pas les logiciels Microsoft

En Allemagne, il semble que l’idéologie entrave souvent la praticabilité, au moins pendant un certain temps. Le pays est maintenant quelque peu célèbre pour avoir tenté de remplacer les solutions Microsoft par des logiciels open source bricolés, ce qui entraîne souvent des fonctionnalités médiocres, des coûts de support et de formation élevés et un éventuel retour à Microsoft Office.

Aujourd’hui, nous avons un autre récit de l’histoire familière, cette fois à propos de l’État allemand de Hesse, qui a annoncé en avril 2021 qu’il remplacerait Microsoft Teams dans les écoles par une solution européenne qui serait mieux conforme aux normes européennes de confidentialité. La date limite fixée par le ministère de la Culture était le 31 juillet 2021.

Au départ, le processus s’est bien passé et un fournisseur local a été rapidement trouvé. Malheureusement, une partie perdante dans le processus d’appel d’offres a poursuivi et gagné, et le processus d’appel d’offres a été réinitialisé. Le résultat en était qu’aucun remplaçant n’était en place au 31 juillet et que Microsoft Teams continuait d’être utilisé.

Lors de la dernière mise à jour du processus, le processus d’appel d’offres a de nouveau été interrompu, car il s’est avéré que les spécifications n’étaient pas suffisamment claires concernant la fonctionnalité requise de la solution. Notamment :

Dans le test d’aptitude, l’État a supposé que le terme système de visioconférence n’était pas transparent car il supposait que des produits qui ne contenaient même pas les éléments essentiels du service annoncé pouvaient également être référencés. Les éléments de base du service annoncé comprennent un nombre minimum de salles de vidéoconférence prises en charge simultanément (celles-ci représentent les salles de classe), dans lesquelles tous les participants en classe sont visibles lorsqu’ils travaillent avec un navigateur.

La référence du soumissionnaire, qui, selon l’estimation du terrain, devrait se voir attribuer le contrat, n’avait aucune prestation comparable en la matière.

Il semble qu’il ne soit pas si facile de remplacer la solution éprouvée de Microsoft après tout. Le ministère de l’Éducation de la Hesse a à nouveau annoncé que « les écoles pourront utiliser le système de vidéoconférence national au plus tard au début de la prochaine année scolaire ».

L’ensemble du processus a été documenté en détail sur le blog indépendant Microsoft 365 pour les enseignants ici.

via DrWindows, Winfuture